L'adolescence du haut potentiel

Quand le haut potentiel rencontre l'adolescence

Ce titre évocateur va en interpeller plus d'un d'entre vous.

En effet, j'avais commencé à introduire ce sujet lors de mon article précédent, mais je souhaite aujourd'hui l'aborder dans le prisme du haut potentiel. 


L'adolescent est un individu en construction, fragile (mais il ne faudrait surtout pas le montrer) et qui vit des transformations qui le surprennent et le dépassent. 


Alors à quoi faut-il s'attendre ? 

Le désordre

L'adolescent vit une période de désordre interne, hormonal, sentimental et nous, les parents nous tombons de notre piédestal sur lequel ils nous avaient mis pendant de longues années... 
Nous ne sommes plus forcément légitimes (pour eux) à faire des remarques puisque dans la construction de sa personnalité, l'adolescent a besoin de se confronter à notre imperfection. 

Alors, le désordre interne ressenti déborde dans leur espace et parfois même dans tout l'espace de la maison. Les phrases humoristiques de #lamèrecoupable mettent bien en lumière ce phénomène. 

Alors quand notre ado est à haut potentiel, que sa pensée est en arborescence et qu'elle ne s'arrête jamais, le désordre prend des proportions que l'on pourrait avoir tendance à juger comme cataclysmique... 

Alors quelle posture éducative adopter ? 

  • en tout premier lieu, s'armer de patience. Rien ne sert de pénétrer dans sa chambre, si vous êtes fatigués, énervés, ou si vous avez déjà un contentieux avec votre ado. 
  • proposer un rituel, un jour fixe par semaine ou tous les 15 jours (par exemple le 1er et le 15 du mois) qui sont consacrés à cette corvée. 
  • donner du sens, expliquer pourquoi c'est important pour vous, pour lui, pour sa santé.
  • utiliser la communication non violente : 
    • J'observe que...
    • j'ai le sentiment...
    • j'ai besoin....
    • je te demande...

Et avec un peu de chance, vous arriverez à instaurer une relation seine autour de la question épineuse du rangement de son environnement. Et puis, soyez fermes tout de même lorsque cela déborde dans votre espace à vous... Souvenez-vous, sa liberté s'arrête là où commence celle des autres...

Le manque d'énergie

Là aussi, #lamèrecoupable a consacré des mots d'humour à ce phénomène. 

Le bouleversement hormonal génère une fatigue instance et de chaque instant. Beaucoup d'humoristes mettent ce phénomène en avant... Je pense ici au Capitaine Sprutz qui a consacré un sketch à ce phénomène.

Mais globalement il est assez simple à comprendre. L'adolescent doit passer du stade de l'enfance à celui de l'adulte. Olivier Revol parle d'un deuil à faire. Et en réalité, on va pouvoir repérer tous les stades du deuil pendant l'adolescence de nos enfants.

Quand il y a un changement, quel qu'il soit, nous passons tous par des phases, plus ou moins longues mais qui vont suivre le même schéma. Cela va commencer par le déni, puis la colère, le marchandage et la dépression. Au bout d'un moment, il y a un déclic qui permet à l'individu d’appréhender de nouvelles options et de reconstruire une nouvelle identité.

Face à nos ados, je vous invite donc à repérer les phases et à vous armer d'une patience sans bornes. Il s'agira d'écouter, de recevoir toutes les manifestations de ces phases avec bienveillance. Et comprenez qu'ils sont fatigués. Ils sont dans le creux de la vague. Elle dure trop longtemps à votre goût mais tant qu'il n'aura pas eu le déclic, vous vous essoufflerez. Et comme il a besoin de vous rejeter pour se construire, ce n'est pas vous qui allez provoquer ce déclic.

Et chez l'ado à haut potentiel, ce phénomène est exacerbé puisque la conscience de ce qui est en jeu est bel et bien là. Il sait qu'il a un défi de taille à relever, qu'il en a les moyens, mais pour autant cela peut avoir tendance à le tétaniser au point qu'il ne fasse plus rien, qu'il ne sorte plus, qu'il se laisse aller. Et puis, quand ils sont submergés par des pulsions qui peuvent les inquiéter, parfois ils préfèrent ne rien faire. Il convient donc de tolérer cette fatigue. Pas de la cautionner, mais la tolérer... 

L'opposition

Je vous le disais lors de mon précédent article : l'adolescent doit tuer l'idéal que nous représentons et pour cela il a besoin de rentrer en conflit, de s'opposer. C'est à ce prix qu'il deviendra un adulte. Il a donc besoin que les adultes que nous sommes tiennent bon, tels des phares au bord de l'océan, qui vont essuyer des tempêtes, les unes après les autres... sans vaciller. 

Quand l'adolescent ne trouve pas en lui les ressources pour traverser ces tensions, il risque de mettre en place des stratégies d'évitement à plusieurs niveaux : 

  • L'évitement de la loi : délinquance, drogue...
  • L'évitement de l'école : phobie scolaire...
  • L'évitement de la famille : fugues, replis sur soi, sorties
  • L'évitement de la pensée : tocs,  il disjoncte..
  • L'évitement de la vie : la tentative de suicide, conduite à risque, scarifications..

Pour l'adolescent à haut potentiel, le risque de traverser des épisodes comme énumérés ci-dessus est grand. 

Ils ont alors besoin d'aide et vous aussi. Ménagez-vous des espaces où vous vous autorisez à parler, à élaborer et surtout à vous ressourcer pour affronter les prochaines tempêtes. 

Alors quelques conseils

  • N'hésitez pas à solliciter de l'aide d'un autre adulte qui pourra être médiateur dans la relation conflictuelle. 
  • Soyez fermes mais bienveillants. Il faut trouver le juste milieu, faire le tri de ce qui est de l'ordre de l'adolescence et de ce qui est inhérent au haut potentiel. 
  • Chaussez des lunettes empathiques pour voir les situations de telle sorte à ce que vous compreniez ce que votre ado ressent.
  • Souvenez-vous de l'ado que vous avez été, même si cela ne doit pas se traduire par tout permettre. Les interdits ont du sens, souvenez-vous...
  • Quand il veut parler, arrêtez-vous et profitez de cet instant. Il est rare et précieux. 
  • Dites-lui et montrez lui que vous l'aimez, (évitez tout de même les démonstrations en public).
  • Utilisez l'humour. Les ado à haut potentiel ont un sens de l'humour subtile avec lequel, en tant que parents, vous pouvez jouer pour les accrocher. 

Conclusion

Finalement, ce qui compte, c'est de prendre tout cela avec le sourire. 
Cela va passer. Et pour les ados à haut potentiel, même si tout est toujours démultiplié, la vitesse à laquelle tout cela va se jouer, peut elle aussi être multipliée. Alors patience... 
Et souvenez-vous, acceptez des espaces d'aide. Ne voyez pas ça comme un échec. Les phares au bord de l'océan, sont aussi régulièrement entretenus non? 

Écrire commentaire

Commentaires: 0