L'adolescence !

Adolescence et surdouement...

Cette période de la vie provoque des remous, plus ou moins importants, mais c'est toujours une étape délicate à franchir. 

Bon nombre de parents d'ailleurs, abordent cette période avec quelques appréhensions. 

Mais quand nous sommes face à un adolescent surdoué, les choses se complexifient quelque peu, et il est bon d'avoir quelques points de repères. C'est ce que je vais essayer de vous apporter grâce à cette série d'articles. 

Petites explications sur la construction de la personnalité

Dès leur naissance, les enfants entrent dans un parcours qui va lui permettre de construire sa personnalité. 

Nourrisson, il ne forme qu'un seul être psychique avec sa mère. Et il va pouvoir exprimer ses pulsions et y trouver une réponse satisfaisante. C'est le noyau dur, le ça. Le siège de la pulsion. 

Petit à petit, il va conscientiser qu'il est un individu à part entière et il va élaborer une autre strate, c'est le moi. C'est étape est visible lorsqu'on constate que l'enfant angoisse quand sa maman disparaît de son champ de vision ou qu'il a peur des étrangers. C'est l'angoisse du 8 ème mois. 

 

 

Vers 2 ans, le petit enfant fort de son ça et de son moi, va petit à petit s'affirmer et s'opposer. Il va commencer à se rendre compte que parfois on lui dit non. Et bien il va en profiter lui aussi et dire non à tout va. C'est la crise d'opposition, période que certains appellent parfois la petite adolescence. Et vers 4 ans, par le complexe d’œdipe, l'enfant va intégrer l'interdit fondamental de l'inceste et construire le surmoi

 

 

 

 

Donc, le ça, est la pulsion, le surmoi c'est la loi et entre les deux, celui qui fait le tampon, c'est le moi. Le moi, est celui qui va apaiser les tensions entre la pulsion et la loi et pour décompresser, il va fabriquer des émotions. L'émotion est la soupape de décompression. Empêcher les émotions de s'exprimer, c'est comme boucher la soupape de la cocote minute... 

A l'adolescence, c'est l'idéal du moi qui entre en jeu et qui vient perturber une période que l'on appelle la phase de latence. 

"C'est un modèle auquel le sujet cherche à se conformer, résultat de l'identification aux parents idéalisés." Il est présent tout au long de la construction de la personnalité, mais à l'adolescence, période de fragilité l'idéal du moi va se confronter aux influences du groupe, à une certaine désillusion concernant les parents auxquels on reconnait des faiblesses et qui parfois déçoivent. 


Françoise Dolto donne une image de l'adolescent. Elle dit qu'ils sont comme un homard. Quand il grandit, le homard doit quitter sa carapace devenue trop petite pour s'en construire une autre. Il est donc terrblement vulnérable. 

L'adolescent est tel un homard. Il a perdu sa carapace et est d'une grande vulnérabilité. Et paradoxalement, c'est durant cette période qu'il doit commencer à se confronter au monde, à faire des choix d'orientation qui vont avoir un impact sur sa vie entière et à achever la construction de sa personnalité pour s'affranchir de l'influence parentale. 

Tout cela, quand on est surdoué, est un passage encore plus délicat. Je vous expliquerai pourquoi dans le prochain article à paraître.